14/01/2006

Chronique de Xian janvier 2006

En attendant le retour de HH ....

 

Chronique de Xian janvier 2006

 

 

 

Jiu-Jitsu versus Judo ou vice-versa...

 

Le discours est philosophique et non avenu, le judo étant du jiu-jitsu.

L’inverse n’est pas vrai en ce sens que le jiu-jitsu est un art complet, origine des arts martiaux japonais.

 

Le jiu-jitsu moderne ne s’enseigne plus comme celui d’autrefois, il n’y a là qu’une évolution naturelle à toute discipline du corps et de l’esprit. Plus particulièrement, le jiu-jitsu étant encore considéré par de nombreux adeptes comme une forme d’autodéfense – ce qu’il est, mais pas uniquement, il est encore souvent très dissocié du judo qui dans de nombreux cas est perçu seulement comme un sport de compétition.

 

Du fait de ces considérations, et par la mauvaise interprétation que le grand public s’est laissé donner par des marchands de diplômes et autres décorations dont sont avides les Anglo-saxons et nombre d’Européens, la tentation a été grande pour de nombreux disciples et nouveaux professeurs d’art martial de créer de nouvelles sortes d’écoles, de cercles, d’associations, de fédérations dissociant le jiu-jitsu du judo, certains allant même jusqu’à promouvoir des méthodes de soi-disant karaté et autres styles mongols ou thaïlandais sous le nom de jiu-jitsu.

 

Contrairement à ce qu’il se laisse entendre actuellement, il n’y a pas eu opposition au Japon entre les écoles de jiu-jitsu et le judo. Il ne faut pas confondre une rivalité commerciale ou philosophique entre Jigoro Kano et les maîtres de styles divers existant en fin du XIXème siècle avec une dissociation judo – jiu-jitsu.

 

 

 

Les techniques des anciens styles du Jiu-jitsu pouvaient être divisées en diverses catégories, mais le système de Randori du Judo Kodokan, dans lequel des pratiquants se saisissent, se compose des Nage waza (techniques de projection) et Katame waza (techniques de bloquage). L’ensemble des techniques du judo se retrouve codifié dans une dizaine de « kata » qui ne sont autres qu’une sorte de grammaire d’apprentissage.

 

 

 

Le site « web » (cela veut dire ceinture !) 100% jutsu et de nombreux autres sites « confrères » donnent certaines idées concernant l’historique judo et jutsu. La plupart, fortement influencés par le système du judo Kodokan « oublient » que le mot judo se retrouve il y a plus de 400 ans au Kolinkaï et que sous ce vocable ont été enseignées des techniques de projection et de frappe.

 

 

Il convient donc de différencier ici l’enseignement du jiu-jitsu « retrouvé » et celui qui est resté semblable à lui-même tout en évoluant, depuis 1889.

 

En France et dans quelques pays, le judo sportif a durant cinquante ans complètement occulté l’art duquel ledit judo est issu (les projections du Tenshin Shinyo). Devant la multiplication des recherches faites collatéralement par des anciens élèves de Mochizuki, Abe, Abbe et autres, devant la possibilité pour des Européens de voyager plus facilement en Extrême-Orient, devant l’arrivée en France d’élèves pratiquant judo sportif et jiu-jitsu réel (Anglais, Allemands, Belges, Italiens et Hollandais), devant les démonstrations impressionnantes de Plée (Karaté) et des Américains de la côte Est influencés par les Chinois de Hong Kong, le champion français Bernard Pariset a tenté de réintroduire une notion en voie de disparition ... celle des atemis. Pour mémoire, les atémis ont été enseignés au Kodokan sans discontinuer, sans connaître l’existence des techniques de karaté et autres, depuis sa fondation jusqu’ à nos jours.

 

En suite à Pariset et à de nombreuses tentatives de restituer au jiu-jitsu une aura populaire perdue, la direction de nombre de ligues de judo a décidé de « réintroduire » l’enseignement « officiel » du jiu-jitsu, c’est évidemment une excellente initiative à laquelle nous ne pouvons qu’applaudir.

 

Il importe donc de ne pas s’offusquer des différences d’enseignement, de niveau, de buts intermédiaires mais de penser JU-JUTSU. Il est donc logique qu’existent des « mouvements nouveaux », des gestuelles « modernes ». Elles ne mettent pas en opposition les judokas et les gens qui pratiquent du jiu-jitsu.

 

Le jiu-jitsu évolutif par lui-même ou sous l’impulsion de pratiquants de judo sportif se côtoient et créent ensemble un jiu-jitsu actuel. Les anciens travaillaient sur de la terre molle, plus tard sur des tapis de paille, ensuite des matelas de riz compressés...  et dans la rue, le macadam remplace le gravillon, dans l’herbe ou sur les rochers, le taï sabaki de l’ancien était fatalement différent de celui d’aujourd’hui.

 

L’évolution est normale et il faut bannir de la pensée le mot technique traditionnelle.

 

Il n’y a pas de tradition correcte, le monde évolue sans cesse, les interprétations diffèrent, les techniques changent. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas commencer par le commencement et la connaissance des intégrales et du calcul quantique n’est possible qu’en sachant additionner et multiplier...

 

Ne pas confondre base fondamentale et tradition et donc ne pas opposer judo et jiu-jitsu.

 

Comprendre aussi que l’on peut « inventer » du Karatéjitsu, du Goshinbompa jitsu du Machinjitsu, ce ne sont que des noms d’école, si l’enseignement comprend l’ensemble des techniques judo fondamentales : 85% de l’étude est en bonne voie ... le reste...

 

Ah ! le reste ...

C’est vous.

 

 

Xian Chronique Janvier 2006

 

09:47 Écrit par Xian (Kyoshi Nihon Jitsu) | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Petites remarques bonjour
très interressant mais quand je lis que les projections du judo sont issues du Tenshin Shinyo (l'école de la branche de saule) je trouve cela restrictif .
Je préfèrerai lire que la notion de non resistance provient du Tenshin Shinyo (cf sutemi) et que la notion de projection soulevée provient du Kito (école de l'élévation) qui provient des champs de bataille ou projeter un assaillant en armure devient très pertinent (il aura bcp de mal à se relever) .
Donc evidement il faut dissocier les 2 types de projections type Sutemi et type Soulevée .
cordialement

Écrit par : franck | 18/01/2007

Les commentaires sont fermés.