16/11/2005

Mercredi, congé après-midi

Réponse à Xavier et aux autres...

Sur :

Voir le fascicule illustré (photos en noir et blanc),
rédigé par Laurent Thomas et France Bailly
[ http://perso.wanadoo.f=/laurent.thomas ]
C'est à la page 75,
IPPON SEOI NAGE avec un bras en Ude Gatame.

Bonne journée !
Xavier

 

 

Je n’ai pas eu l’occasion de lire ou voir le fascicule en question, il me serait agréable de recevoir cette image, si quelqu'un peut la scanner ( et l’envoyer à xian@swing.be .

J’aimerais cependant attirer l’attention sur cette manière de faire. (Je parle de la technique, pas du scanner )

 

Lorsque ayant placé le bras de Uke en clé de bras tendu (armlock – udegatame et variantes)je pratique une technique de projection directe sur ce bras – ici, ippon seoi nage et variantes, je vais entraîner le corps de Uke à partir du levier construit par mon mouvement. Uke étant le plus souvent en appui normal sur ses deux pieds, son corps va être soulevé par l’exercice de ce levier. Bien entendu, il est facile de comprendre que le poids du corps multiplié par la vitesse de percussion de mon mouvement sur le bras en porte-à-faux va produire la rupture des ligaments du coude et le déplacement des cubitus et humérus sinon leur bris. Dans le même moment, le risque de faire sauter le tendon brachial est important (probable).

Les dommages ainsi causés à Uke sont considérables et peuvent être permanents.

 

La technique ne sera donc utilisée que très judicieusement et en cas d’impérative nécessité, elle sera mise à l’étude uniquement auprès d’élèves consciencieux et prudents.

L’application « réelle » de cette technique peut faire encourir les foudres judiciaires (coups et blessures intentionnels, même en cas de légitime défense.

 

Ceci ramène à une autre question qui fleure polémique au sein de notre grande famille : faire du jiu-jitsu pour faire de la self-défense... Il vient d’y avoir un intervenant qui s’en est exclamé avec enthousiasme et qui a reçu une réponse en douche froide.

 

Bien entendu, les uns et les autres ont raison et tort, ce serait trop commode d’évacuer l’un ou l’autre. Le jiu-jitsu actuel est une discipline morale et physique qui par une gestuelle corporelle et une gymnastique de l’esprit amène au bien-être intérieur et à l’auto-équilibre. Il en découle subtilement que les techniques gymnastiques apprises peuvent, en cas de nécessité, servir à conserver une maîtrise froide et lucide lors d’une situation psychologique tendue et compliquée. Bien entendu, il sera toujours reproché au pratiquant d’avoir utilisé son art comme arme.

 

Celui qui possède un Browning n’est pas un tueur, celui qui s’en sert peut le devenir. Ce n’est pas notre voie.

 

Si certains d’entre nous pour des raisons qui leur sont propres souhaitent apprendre du « combat », il leur est loisible d’intégrer des écoles militaires ou de police pour s’y découvrir un attrait.

 

A l’heure actuelle, dans nos conditions de civilisation en France, Belgique et Europe de l’Ouest, il ne me semble pas « utile » de chercher et trouver des enseignements de « combat » et par ailleurs, revenant sur un texte précédent et les doléances de nouveaux adeptes, je rappelle que la plupart de ceux qui enseignent le « combat » sont de solides charlatans.

 

Bonne journée à tous

Xian

Kyoshi Nihon Jitsu

 


09:14 Écrit par Xian (Kyoshi Nihon Jitsu) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.