11/11/2005

Marchands de saucisses

Un lecteur écrit : en Belgique, qui veut peut se proclamer professeur de jujitsu.
Du coup, on peut voir certains prof 6,7,8 ieme dan, que personne ne
connaît, et donc les cours ressemblent à.... heu... rien.

 

J'ai publié en 1974 de nombreux articles dans plusieurs magazines ( dont le célèbre - à l'époque, Blackbelt ) pour exprimer ce phénomène récurent aux arts martiaux depuis la fin de la seconde guerre mondiale. la plupart de mes textes étaient orientés sur la manière dont les "lois" en vigueur concernant la légitime défense d'une part et le droit à l'enseignement d'autre part étaient mal comprises. En belgique, le phénomène des "marchands de saucisses" n'est pas différent d'ailleurs. En France, la plupart des "enseignants" ( ceux dont nous parlons ici , multidans ) contournent les règles de l'établissement de professeur en se parant de titres secondaires leur permettant d'ouvrir tout de même une salle ( ce qui ne me chagrine pas - mais d'y "enseigner" - ce qui est plus ennuyeux ).

C'est sans importance, un élève motivé et curieux verra rapidement la différence et quittera ce "professeur supersensei". Je pourrais vous raconter nombre anecdotes à ce sujet. Entre 1960 et 1970, quelques uns d'entre nous ont parcouru les "dojos" du Benelux et de France pour faire ravaler un peu de salive à ces "inventeurs"... le temps nous a fait comprendre qu'il s'agissait là d'un passe-temps perte de temps, ils ne valent pas la peine que l'on parle d'eux...

 

Le jiu-jitsu comme l'ensemble des arts martiaux aura toujours une image ambiguë, c'est principalement dû au fait de la multiplicité naturelle des techniques réelles et des possibilités de les transformer facilement en "sport plus ou moins ludique" ou en "religion gourouesque". Les maîtres ou simplement les professeurs consciencieux font peu de bruits et se contentent de pratiquer, simplement.

 

Bonne journée à tous.


06:50 Écrit par Xian (Kyoshi Nihon Jitsu) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.