27/07/2005

La garde

Courrier divers... en attendant la rentrée...

La garde.

De nombreux pratiquants et de nombreux auteurs discourent sur « la garde » et je me souviens de la question posée par un de nos amis :

Quelle est la position de garde la plus simple pour pouvoir esquiver rapidement (la position de garde très fléchie est bien à l'entraînement, mais j'ai l'impression (certainement à tort) que je n'arrive pas à me déplacer rapidement depuis cette position) ? Faut il se forcer à utiliser un garde très fléchie ?

Xavier avait très intelligemment répondu :

Sois stable, mobile et attentif.                                                                                             
Le compromis est stabilité et mobilité et affaire de style. Et, évidemment, le style qui te conviendra le mieux, c'est celui que tu auras mis au point toi-même, par ta propre expérimentation, en t'aidant, effectivement, de toutes les sources possibles, y compris ce forum, et au dojo exercices et randoris.


Mon opinion est qu’il est difficile de répondre à une question de ce genre, comme d’ailleurs à toutes les questions techniques du jiu-jitsu. Le jiu-jitsu étant à la base un système d’expression corporelle, il est nécessaire que chacun adapte la technique basique à sa morphologie et à son tempérament. La « garde » n’a de sens qu’à l’étude ou lors de rencontres sportives régulées et réglementées. Bien entendu lors de confrontation réelle et soudaine, il ne peut être question de garde. Quant au déplacement, il doit être, à mon sens, toujours souple et léger. Une attitude garde « réelle » est assez bien visualisée par Roland Habersetzer dans un de ces ouvrages concernant la « self-défense » tandis que la lecture de textes divers de Roland Maroteaux donne bien l’idée que nous avons lui et moi de la « stabilité mobile », nécessaire qualité à la pratique de notre discipline favorite.

Bonne semaine à tous.

Et pour les nouveaux qui veulent savoir qui leur parle :  

Venu au judo vers l'âge de seize ans,
parcours multiple assorti de plusieurs "ceintures noires",
accessoirement instructeur de closecombat en un temps dit "des colonies",
joyeux retraité pour cause de vertèbres fracturées en 1996 après quarante cinq ans de pratique et d'enseignement en particulier du jiu-jitsu.

Xian

Kyoshi nihon jitsu (cela correspond +/- à 6/7è dan selon la terminologie Kodokan )
élève entre autres de Georges Leroy et de Minoru Mochizuki (décédé récemment).

Salutations budo.


05:41 Écrit par Xian (Kyoshi Nihon Jitsu) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.