01/05/2005

Marseille

Henri Hector capitaine de vaisseau de la Royale. (Feuilleton)

 

 

Premier mai 1970

 

Désigné "M" (M05 pour le prototype), dans sa version Marine et développé par une équipe Breguet sous l'égide de Dassault, cet avion secrètement construit avait vu sa structure ainsi que son train d'atterrissage renforcés ainsi que l’aménagement d’un dispositif permettant les appontages.

Grande nouveauté, il possède un télémètre laser dans la pointe avant. L'appareil est ravitaillable en vol grâce à une perche rétractable sur le côté droit. L’avion avait volé pour la première fois, le 14 novembre 1969 à Melun-Villaroche, piloté par Jacques Jesberger.

 

Ils sont quatre autour de la table, ils vont dévorer la vie à pleines dents. Je me souviens bien de ce moment-là, je dégustais un porto à cette terrasse fermée du Cintra, l’établissement faisait alors le coin du quai des Belges et de la Cannebière. Il y avait eu des manifestations en ville, le premier mai avait été propice aux revendications salariales habituelles. Les patrons sont des salauds. Pompidou, de Gaulle et la droite en enfer. L'origine de la Fête internationale des travailleurs et des travailleuses remonte au 19ème siècle. Le Premier Mai 1886, une grève générale explose aux États-Unis pour revendiquer la journée de 8 heures de travail. À Chicago, à la suite d'une manifestation au Hayemarket Square, huit dirigeants du mouvement ouvrier sont arrêtés, condamnés à mort et finalement pendus. Les " huit " deviendront ainsi des martyrs reconnus par le mouvement ouvrier international. En 1889, à Paris, la Deuxième internationale socialiste proclame le Premier Mai, Fête internationale des travailleurs et des travailleuses. Les journaux diront demain qu’on a brûlé un drapeau français sur le vieux port et que des casseurs ont tenté de piller des magasins rue de Rome.

 

En face de moi, Béatrice montre un peu trop ses seins, elle en est si fière ! Josiane sirote un Vittel – menthe, elles parlent toutes les deux du malaise qui avait surpris Claude François, un barman égyptien devenu chanteur, à la salle Vallier, elles disent que la rumeur le déclare guéri et qu’il va remonter sur les planches le six.

 

 

Marseille. Les rencontres ont été difficiles, je loge derrière l’hôtel de ville du deuxième arrondissement, je suis arrivé ici fin novembre 69. Le M05 avait réalisé sont quatrième vol à Istres, il avait été piloté par Bernard Witt et devait être convoyé à Nîmes pour une nouvelle tranche d’essais. Plusieurs incidents créés par des « pacifistes » s’étaient déroulés dans la région et on avait retrouvé un sergent mécanicien avec une balle dans la tête.

 

Il avait souvent la migraine et s’était absenté souvent au cours des dernières semaines mais il avait semblé au chef d’enquête de la sécurité militaire que le traitement était un peu lourd.

 

Marseille, un autoroute dit du soleil avait mené ma DS jusqu’au parking de Salon où elle avait rendu l’âme.

Sac au dos, j’avais stoppé une jolie hollandaise qui descendait sur la côte, cela tombait bien, à part la coiffure en brosse un peu hors mode, j’étais le parfait jeune qui allait mendier du boulot dans les bas quartiers de la ville phocéenne, tiens, retards, refus, bouleversements, chemins détournés, café, maffiosi sans grade, demi-sel, visages, ruses, glissades dans une ville chaude ou tout bouge, tout se reconstruit autour d’une industrie à la déglingue, bicots et harkis, le changement de monde est palpable, décalage horaire, bateau chinois au large de la Sardaigne, routine de parcours, essai de personnage brut de brut.

 

Au Cintra, j’attends mon contact, rien de nouveau et pourtant il y avait un message à faire passer, le nom était de code mais j’avais percé le secret. J’allais voir entrer ici le curieux goéland, le copain de Tabarly, un redoutable chasseur de requins, le capitaine de vaisseau Hector Henri. Je savais tout de lui, comme beaucoup dans la profession. Je ne savais rien de son visage, personne ne pouvait se flatter de l’avoir photographié.

 

A deux tables, un recruteur de Bob Denard faisait son cirque, plus loin un Allemand, étudiant touristique vantait les mérites de Cohn bandit, prospecteur du Reich de mille ans.


17:44 Écrit par Xian (Kyoshi Nihon Jitsu) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.